On croit souvent que pour se dépayser il faut partir loin, prendre l’avion, embarquer dans un bateau, ou monter dans un train-couchettes. Il y a pourtant en France des pays inconnus, des terres à explorer, des villages oubliés. Dans ces contrées-là, les paysages, les bourgs et les bourgades ont une âme singulière, une aura à part. La Corrèze ! Toute  la ruralité, voire l’exotisme, de ce département est déjà contenu dans son nom. Croit-on parler de la Corée  ou du Zambèze ? Non, il s’agit bien d’un véritable pays de l’intérieur avec sa haute et basse Corrèze. Ses cités mythiques battues par les rigueurs de l’histoire et des hivers, sa ville gaillarde, Brive, dont on entend l’accent lorsque l’on énonce son nom à la manière d’un chef de gare. La pierre brune, sable ou rouge habille des citées mémorables comme Turenne, Collonges-la-rouge, Argentat, Donzenac et ses Pans de Travassac, Pompadour, Beaulieu, et enfin Uzerche, la Perle du Limousin. Des hameaux endormis attendent la visite du prince qui les éveillera. Des pâtures bien léchées exhalent les parfums d'herbes et des senteurs de foins coupés. Partout, des arbres aux châtaignes prodiguent leur fraîcheur sous les ramées à quelques limousines vaches qui s’ébattent, immobiles, dans des prairies en reliefs aux allures de bocage normand. La Corrèze : un monde perdu à découvrir sans modération.

"Quand il-y-a du foin sur l'échelle, c'est qu'il y-en-a dans le grenier" (proverbe corrézien à double sens)