Il est une terre de légende aux confins de la mer Egée, à portée de main de l'Asie, qui fut tant convoitée et tant conquise qu'on ne sait aujourd'hui si elle est grecque, anglaise, allemande ou ottomane et quelle est son identité réelle. Son nom est connu depuis l'antiquité car une statue colossale y marquait l'entrée d'un port Capitale. A la fois île et ville, Rhodes marque encore aujourd'hui les visiteurs en quête de passé. Tours et murailles imposantes protègent toujours les quartiers anciens de la capitale des invasions sauf de celles des touristes. Rhodes sourit aux curieux de tous bords et livre en pâture, au nord et à l'est, ses côtes hôtelières et ses plages à bronzer afin de mieux préserver sa virginité millénaire du sud sauvage, dépeuplé et contrasté. Ici, la montagne y côtoie de vastes plaines herbeuses et des rivages déchiquetés avec parfois de superbes plages de sables désertées des hommes mais pas des Dieux. Là, Eole caresse goulûment celles et ceux qui s’abandonnent sur le sable chaud et qui rêvent d’un paradis retrouvé.

Séjour du 5 au 12 mai 2011